Circuits mythiques : le circuit Paul Ricard – France

Après les routes de légendes, voici une nouvelle série dédiée aux circuits automobiles mythiques. Ce mois-ci, direction la France avec l’emblématique circuit Paul Ricard situé au Castellet. 

Inauguré le 18 avril 1970, ce circuit est la réalisation du rêve de Paul Ricard, célèbre homme d’affaire, désireux de faire briller son département du var grâce à la création d’une piste automobile pouvant accueillir des événements nationaux et internationaux. Après la construction d’un aérodrome situé entre Marseille et Toulon, Paul Ricard à l’idée de créer un circuit automobile de grande envergure sur les bases de son aérodrome. Il confie le tracé du circuit à Charles Deutsh mais demande également l’avis de plusieurs pilotes comme Henri Pescarolo ou encore Jean Pierre Beltoise. 

Le tracé du circuit offre 2 grandes lignes droites notamment la ligne droite « Mistral » permettant d’atteindre une vitesse de 300 km/h. La largeur de la piste est définie à 12 mètres contrairement aux autres circuits de l’époque qui en affichent 9. Le circuit est également conçu pour accueillir différents types de courses, il est ainsi modulable et offre plusieurs possibilités de tracés (3 au total).

Après seulement 300 jours, le circuit sort de terre et présente une piste d’une longueur de 5.810 km.

Devant un circuit résolument dans l’ère du temps et présentant un tracé de qualité et des normes de sécurité rares pour l’époque, la FIA autorise le circuit Paul Ricard à accueillir le Grand Prix de France de Formule 1 en 1971. Cette année-là, Jackie Stewart remportera la course sur sa Tyrell Ford équipée d’un moteur V8 et s’offrira même en fin de saison son deuxième titre de Champion du Monde. 

En 1973, la circuit Paul Ricard accueille le Grand Prix de Moto de France puis en 1978 c’est la célèbre course d’endurance de 24H du Bol d’Or qui pose ses valises au Castellet.

En 1991, avec la réglementation anti-alcool qui prend de plus en plus d’ampleur en France, il est difficilement acceptable de concilier une étape du Championnat du Monde de Formule 1 sur un circuit possédant le même nom qu’une boisson alcoolisée. Le Grand Prix de France se voit donc attribué au circuit de Magny-Cours situé près de Nevers. Paul Ricard en difficulté financières ne peut entretenir un circuit qui devient vieillissant et qui ne répond plus aux normes de sécurité. Devant l’ensemble de ces problèmes, le circuit perd également le Grand Prix de Moto et l’organisation du Bol d’Or.

En 1999 le circuit est racheté et modernisé. Désormais fermé au public, le circuit du Castellet est exclusivement réservé aux essais et au développement. De nouveaux virages enrichissent le tracé afin de perfectionner la sécurité de la piste et de nouvelles zones de dégagement remplacent les vieillissant bacs à gravier.

Après 10 ans de fermeture, la piste réouvre ses portes au public le 8 mars 2008. Cependant, même si le circuit parvient à accueillir quelques courses automobiles, il peine à retrouver son éclat d’antan. Mais avec une modernisation répondant davantage aux nouveaux standards du sport automobiles, la création de tribunes et d’infrastructures pouvant accueillir des écuries, le circuit du Castellet retrouve de sa superbe avec le retour tout d’abord du Bol d’Or en 2015 mais surtout du Grand Prix de France de Formule 1 en 2018, après 28 ans d’absences. A cette occasion, le britannique Lewis Hamilton fini à la première place.