Anecdote Automobile : La Renault BRV

Dans les années 1970, le National Highway Safety lance un concours pour trouver de nouvelles innovations afin de rendre les automobiles plus sûres au début des années 1980. Plusieurs constructeurs ont ainsi travaillé sur la sécurité passive des véhicules notamment Renault avec son prototype BRV de 1974.

L’automobile se développant de plus en plus, le nombre de décès par accidents de la route ne cesse de grimper en France mais aussi dans le monde. Renault travaille depuis les années 50 sur la sécurité passive qui caractérise tous les éléments du véhicule qui protègent les passagers et donc réduisent les conséquences de l’accident lorsque ce dernier n’a pas pu être évité. En 1968, une étude est lancée en interne par l’ingénieur Jacques Lacambre sur la sécurité passive, et en 1972 Renault présente le projet BRV (Basic Research Véhicule). Ce projet rassemble diverses solutions afin de protéger les passagers d’une voiture.

La Renault BRV présente plusieurs innovations pour l’époque. L’habitacle est plus résistant avec une partie avant capable de se déformer pour absorber le choc d’une collision. Le panneau de toit est constitué d’une double tôle permettant de solidifier la zone, notamment en cas de tonneau. Le réservoir de carburant est placé de telle façons qu’aucune fuite de peut se produire en cas d’accident. Chaque place dispose d’une ceinture de sécurité (y compris les places arrière. A cette époque la ceinture de sécurité n’était obligatoire que sur les places avant et uniquement hors d’une agglomération.

Toute cette étude et ce travail sur la BRV a permis a Renault de progresser en matière de sécurité sur ses modèles au cours des années suivantes. La Renault 30TS, la R14 et la R18 ont bénéficié directement de ce travail de recherche et Renault a reçu par la suite plusieurs prix en matière de sécurité.