Rivalité de Légende Rosberg-Hamilton

Comment transformer une amitié de longue date en une rivalité exacerbée ? Prenez deux pilotes automobiles, amis d’enfances, mettez les dans la même écurie de Formule 1, donnez des privilèges à l’un puis à l’autre, ajoutez-y des égos qui enflent et vous obtiendrez l’une des rivalités automobiles les plus marquante de ces dernières années entre Nico Rosberg et Lewis Hamilton.

Tout avait pourtant bien commencé entre ces deux jeunes pilotes. Dotés tous deux un sens aigüe de pilotage et d’une facilité à évoluer sur les circuits de course, Nico Rosberg et Lewis Hamilton vont souvent se croiser sur les pistes de karting, de Formule A et plus tard dans les paddocks de la Formule 1. Dès l’âge de 15 ans, les deux amis partageaient beaucoup de choses ; de la même chambre lors des épreuves de courses jusqu’à partir en vacances ensemble.

Hamilton Rosberg

(Source photo : Motorsport)

D’un côté Nico Rosberg, le fils de l’illustre Kéké Rosberg, Champion du Monde de Formule 1 en 1982, et plongé très tôt dans la compétition automobile, encadré bien entendu par son père, qui lui donne tous les moyens pour réussir. Rosberg vient d’une famille très aisée, il grandit entre Monaco et Ibiza, parle couramment cinq langues et envisage des études d’ingénierie dans l’aérodynamique. Nico part avec un avantage certain dans le monde automobile. Bien qu’ayant un nom de famille connu, il gravit tous les échelons, du Karting en passant par la Formule A, la Formule BMW, la Formule 3 pour finalement signer son premier contrat avec la Formule 1 chez Williams en 2006.

Hamilton Rosberg

(Source photo : Kartmag)

De l’autre côté Lewis Hamilton, qui est sur le papier un peu l’opposé de Nico Rosberg. Issu d’une famille modeste, le père de Lewis va travailler sans relâche pour pouvoir offrir à son fils la carrière qu’il souhaite dans le milieu de l’automobile. Se forgeant un caractère de compétiteur, Lewis enchaîne les victoires en Karting, jusqu’à forcer son destin en allant parler à Ron Denis, directeur de l’écurie McLaren, pour que ce dernier l’engage dans son groupe. Ron Denis lui demande de patienter et de faire ses preuves. Très vites le jeune Lewis obtiendra l’attention qu’il demande, en se voyant offrir une prise en charge complète de sa carrière de pilote par le directeur et en faisant en 2007 ses grands débuts dans l’écurie McLaren.

Hamilton Rosberg

(Source photo : Eurosport)

En 2013, après avoir tous les deux fait leurs preuves en Formule 1, notamment Lewis Hamilton sacré Champion du Monde en 2008, les deux amis se retrouvent dans la même écurie chez Mercedes. Tous les deux sont euphoriques de cette nouvelle collaboration. Mercedes est rassuré de savoir que l’entente entre les deux pilotes sera bonne… Mais l’écurie va faire dès le 2ème Grand Prix de la saison une erreur de tactique et de management qui va coûter cher.

Nous sommes à Sepang au Grand Prix de Malaisie en 2013, Hamilton est alors 3ème de la course, cependant Rosberg est beaucoup plus rapide que lui et est 4ème. Rosberg demande alors l’autorisation à son écurie de doubler Hamilton. Ron Denis, patron de Mercedes, refuse catégoriquement. Les ingénieurs ont en effet fait une erreur et n’ont pas rempli suffisamment le réservoir de la monoplace d’Hamilton. Ne voulant pas pénaliser ce dernier à cause de leur erreur, ils demandent à Rosberg de rester derrière. En fin de Grand Prix ce sont donc deux Mercedes au ralenti l’une derrière l’autre qui passent la ligne d’arrivée. Même si Hamilton remercie infiniment son coéquipier à la fin de la course, Rosberg lâche à son écurie « Souvenez-vous de ça », petit message que l’écurie n’entendra malheureusement pas. La saison se termine sans accrocs particuliers et voit le triomphe une nouvelle foi de Sebastian Vettel.

Sepang, Malaysia

(Source photo : Moy / XPB Images)

En 2014, les hostilités démarrent entre les deux pilotes. C’est au GP de Bahreïn et malgré une pôle position de Rosberg, qu’Hamilton prend la tête au premier virage. S’en suit alors une lutte acharnée pour la première place, les deux monoplaces roues contres roues frôlent plusieurs fois l’accident. L’écurie décide de changer les stratégies des deux pilotes pour éviter qu’ils ne soient l’un à côté de l’autre. Et c’est Hamilton qui va profiter de cette stratégie. Cependant, suite à un accident spectaculaire en course, le britannique qui avait pris de l’avance sur son coéquipier, voit la voiture de sécurité entrer en piste et ruiner son avance. Rosberg tente alors à nouveau plusieurs fois de le dépasser allant même jusqu’à utiliser des modes moteurs interdits d’utilisation par l’écurie. Hamilton réussi à résister et gagne la couse. Bien que la cordialité et la congratulation soit de mise dans les stands, un premier signe de frustration apparaît chez Rosberg et se confirmera au GP d’Espagne.

Les deux pilotes se livrent à nouveau une guerre acharnée pour le gain de la première place. Hamilton est devant, Rosberg le harcèle, mais finalement, malgré une lutte qui aura duré toute la course, Hamilton l’emporte de six dixièmes devant Rosberg. Fou furieux, ce dernier viendra se plaindre dans son stand, disant qu’Hamilton avait utilisé un mode moteur interdit. Rosberg ayant la mémoire courte, lui aussi ayant employé cette méthode, mais sans succès.

Au Grand Prix de Monaco, Hamilton quelque peut agacé par son coéquipier, lance une pique en sa direction aux journalistes, précisant qu’il n’a pas eu la jeunesse dorée de Rosberg et qu’il a souvent dormi dans un canapé, là ou Rosberg grandissait à Monaco au milieu des jets et des bateaux.

Le jour suivant lors des qualifications, Rosberg tient la pôle, Lewis s’élance pour son dernier tour chronométré, à ce moment il est en avance, et Rossberg fait une erreur grossière de pilotage, entraînant la fin de la qualification et empêchant Lewis de finir son tour. Lewis crie au sabordage et la rivalité enfle encore.

Hamilton Rosberg guerre

(Source photo Europe 1)

Les deux pilotes commencent à travailler chacun de leur côté avec leur mécaniciens et ingénieurs.

Puis Rosberg décide de commencer à espionner Hamilton pour comprendre pourquoi ce dernier consomme moins de carburant que lui. Il fouille discrètement avec son ingénieur dans la télémétrie d’Hamilton et prends les informations dont il a besoin.

Au Grand Prix de Hongrie, Rosberg est piégé par la voiture de sécurité le poussant ainsi à faire trois arrêts, Mercedes essaye d’atténuer cet ennuie et demande à Hamilton de laisser passer Rosberg. Ce dernier refuse catégoriquement, il garde sa position et fini devant Rosberg. A l’arrivé il s’estime très choqué que l’écurie lui ai demandé de laisser passer son coéquipier.

Puis au Grand Prix de Belgique, Rosberg précipite l’abandon de son coéquipier suite à un dépassement non maîtrisé. Hamilton, alors en tête, crève et est obligé d’abandonner. Rosberg prend la tête, mais devant les dégâts de sa monoplace, abandonne la première place au profit de Riccardo. Rosberg est alors sifflé sur le podium et Mercedes le condamnera à une amende.

Francorchamps, Belgium

(Source photo : Moy / XPB Images)

Rosberg est désormais mal vu par les fans de Formule 1, ils le sifflent copieusement et se réjouissent de ses déboires, comme au Grand Prix de Monza.

Malgré cette guerre entre les deux pilotes, Hamilton garde la tête sur les épaules et remporte le Championnat du Monde 2014 devant son équipier Nico Rosberg.

L’année suivant, la tension entre les deux pilotes et toujours à son paroxysme. Chaque course voit naître un problème entre les deux pilotes. De nombreux accrochages voient le jour, des déclarations et des règlements de compte par médias interposés entretiennent cette rivalité, qui commence à devenir malsaine. Malgré une nouvelle saison gâchée par ces enfantillages, Hamilton gagne le Championnat et une nouvelle fois devant Rosberg.

Hamilton Rosberg 2016 Espagne

(Source photo Motorsport)

Nico n’en peut plus, et l’année suivante, perdra les pédales en précipitant par deux fois l’abandon des deux Mercedes à cause de son pilotage. Les deux pilotes ne se disent désormais plus Bonjour, ils ne se serrent plus la main et s’évitent royalement. Mais la chance va tourner pour Rosberg, malgré une nouvelle saison compliquée. Il parvient enfin à égaler son père en gagnant le Championnat 2016 devant Lewis Hamilton.

Surement fatigué de cette lutte incessante et sachant qu’il ne pourrait plus reproduire son exploit, Rosberg se retire de la Formule 1, laissant le champ libre à son meilleur ennemi Lewis Hamilton.

Rosberg déclarera l’année suivante dans un entretient accordé à la BBC : «Lewis et moi avons été très bons amis par le passé. Il n’est pas exclu que nous redevenions à nouveau très proches au cours des prochaines années. Nous ne sommes plus rivaux aujourd’hui. Et je n’ai plus envie de l’affronter à nouveau en compétition. Donc je ne vois pas pourquoi nous ne pourrions pas tous les deux prendre du bon temps ensemble bientôt.»

Hamilton vs Rosberg

 Ce à quoi Lewis Hamilton répondra en parlant de l’arrivée de son nouvel équipier : «L’arrivée de Valtteri a été très positive pour l’équipe. Je ne peux pas parler au nom de tout le monde, bien évidemment, mais pour moi j’évolue dans un environnement de travail plus agréable. Ce qu’il y a de bien avec Valtteri, c’est que c’est un pilote bien élevé qui ne se soucie que de sa propre performance. Se battre avec moi en dehors des circuits ou avec les ingénieurs ne l’intéresse pas. De même, il n’essaie pas de rallier les ingénieurs à sa cause, il n’essaie pas des tactiques. La seule chose qui l’intéresse, c’est de fournir le meilleur travail possible avec les ingénieurs. Nous avons une discussion très franche. C’est juste le jour et la nuit comparé à avant.»

Peut-être un de ces jours ces deux-là retrouveront leur complicité passée, mais l’histoire nous apprend que rare sont les rivalités qui se sont transformées en amitiés.