Rivalités de Légende : Häkkinen et Schumacher

Au début de la saison 1998, tout le monde attend la bataille entre Jacques Villeneuve, le Champion du Monde en titre de Formule 1, et Michael Schumacher le pilote exclu du Championnat 1997 pour sa queue de poisson sur le tenant du titre. Mais l’arrivée d’un ingénieur plein de talent chez McLaren, Adrian Newey, va redistribuer les cartes et propulser vers le devant de la scène Mika Häkkinen, le pilote N°1 de l’écurie. S’en suivra une rivalité entre Schumacher et Häkkinen qui restera dans l’Histoire, notamment avec une passe d’arme incroyable sur le Grand Prix de Spa en 2000.

Les débuts de Mika Häkkinen

Mika Häkkinen est né à Vantaa en Finlande en 1968. Comme beaucoup de pilotes, il débute avec le karting dès l’âge de 5 ans ; malgré un accident lors de sa première course, il poursuit et s’améliore. Il remporte plusieurs courses et remporte en 1977 et 1978 le Keimola Club Championship.

hakkinen

En 1981 il remporte son premier Championnat National de Karting. Il enchaîne alors les victoires et se retrouve pilote en Formule Nordic 100 cm³ en 1983, en devenant Champion dès sa première participation. Il conserve son titre pour les trois années consécutives : 1984, 85 et 86. En parallèle il participe également à des épreuves de Karting en Europe.

En 1987, il achète une Reynard Formule Ford 1600 de la saison 1986. Il décide d’élargir son champ de course en participant aux championnats Nordique, Suédois et Finlandais de Formule Ford. Il en est le vainqueur dès sa première année. En 1988, il rejoint l’EFDA Formula GM Lotus Euroseries et remporte quatre victoires ; il termine alors 2ème du Championnat derrière le pilote Alan McNish. C’est ensuite qu’il s’engage chez Opel Lotus EDFA Euroseries et devient Champion.

L’année suivante, il participe au Championnat de Formule 3 de Grande Bretagne et en 1990 le domine. En fin de saison, il est en passe de remporter le Grand Prix de Macao, mais il est accroché par un certain Michaël Schumacher.

Il est alors repéré par Didier Coton, un Belge qui va devenir son manager et lui obtenir son premier contrat pro en Formule 1 dans l’écurie Lotus. Häkkinen se bat régulièrement en fin de peloton, la faute à une voiture peu performante. Cependant, en 1992, au côté de son coéquipier et ami Johnny Herbert, il fait une saison quelque peu remarquée et arrive à terminer 8ème du Championnat. Il retrouve d’ailleurs lors de sa première saison complète en Formule 1, un jeune qu’il a croisé auparavant en Formule 3, un certain Michaël Schumacher, qui pour sa première saison en F1 terminera 3ème du Championnat et gagnera son premier Grand Prix en Belgique.

En 1993, malgré l’intérêt de plusieurs écuries, il signe chez McLaren-Ford, mais barré par les coureurs Andretti et Senna, il se voit confier le titre de pilote d’essai, ce qui ne l’enchante guère. En septembre, et après le licenciement d’Andretti, Häkkinen reprend le volant aux côtés d’Ayrton Senna et acquiert alors son premier podium au GP de Suzuka.

L’année suivante, le Finlandais devient le pilote N°1 en remplaçant Ayrton Senna, mais affiche une saison est assez décevante, à l’image de celle de son écurie. Il termine 4ème en ayant signé 6 podiums. C’est en 1995 que le coureur se laisse encore un peu plus distancé ; son écurie n’est plus performante, et il en va de même pour sa voiture. C’est depuis sa 7ème place au Championnat qu’il voit Michaël Schumacher gagner son premier titre.

Schumacher vs Hakkinen debuts

(source photo : Redbull)

Malgré une reprise quelque peu difficile en 1996, à la suite de son accident sur circuit à la fin de la saison précédente, le Finlandais signe une belle saison où il se montre régulier. L’écurie McLaren-Mercedes prend en 1997 une autre dimension avec la conception d’un nouveau moteur. Cependant, son manque de fiabilité entraînera des abandons successifs, Häkkinen abandonnant par trois fois alors qu’il était en tête de la course. Le Titre cette année-là revient à Jacques Villeneuve. Mais la saison 1998 marque un tournant dans la carrière du pilote Finlandais.

 

Les débuts de Michaël Schumacher

Michaël Schumacher est né le 3 janvier 1969 à Hürth-Hermülheim, en Allemagne. Il commence très tôt le Karting grâce à son père, qui lui en fabrique un. A l’âge de 14 ans, il obtient sa licence et remporte le Championnat d’Allemagne Junior en 1984 et en 1985. En 1987 il réalise un doublé en gagnant le Championnat d’Allemagne ainsi que le Championnat d’Europe.

L’année suivante, il fait ses débuts en monoplace, à bord d’une Formule Ford 1600. Il termine d’ailleurs 2ème du Championnat d’Europe derrière Mika Salo, un ami proche de Mika Häkkinen. Repéré par les pros de la Formule 3, il y accède rapidement, et il termine 2ème du Championnat d’Allemagne en 1989. Il remporte finalement le titre en 1990, ainsi que le Grand Prix de Macao, à la suite de son accrochage avec Mika Häkkinen, entraînant son abandon.

Bien que poursuivant son parcours en Formule 3, il intègre en 1990 l’écurie Sauber-Mercedes qui dispute le Championnat du Monde des Voitures de Sport. Il court ainsi aux côtés de Heinz Harald Frentzen mais également de stars tels que Jochen Mass ou Jean Louis Schlesser.

En 1991, Schumacher abandonne la Formule 3000 pour se concentrer sur le Championnat du Monde des Voitures de Sport où il fait équipe avec Karl Wendlinger. Leur saison est assez décevante à cause de nombreuses pannes mécaniques. En parallèle le jeune Allemand fait ses débuts en Formule 1 dans l’écurie Jordan lors de la 11ème manche du Championnat. Schumacher impressionne ses ingénieurs par sa vitesse et sa maturité, qualifié en 7ème position sur la grille au départ du GP de Belgique, devant son coéquipier. Il abandonne cependant quelques secondes après le départ, par suite d’un problème d’embrayage, mais il marque déjà les esprits.

Après une bataille juridique entre Jordan et Benetton concernant Schumacher, il débute le GP suivant chez Benetton où il confirme les espoirs que l’on plaçait en lui.

Dès sa première saison complète en Formule 1 en 1992, il marque les esprits en terminant 3ème au classement mondial des pilotes en faisant huit podiums dont une première place aux GP de Belgique. En 1993, il réitère son exploit en faisant cette année là neufs podiums et une victoire au GP du Portugal terminant 4ème au Championnat.

Schumacher

(source photo : The Telegraf)

La saison 1994 est marquée par de nombreux faits majeur de la Formule 1. Schumacher se présente comme le principal rival d’Ayrton Senna et confirme les prédictions, en s’adjugeant les deux premiers GP de la saison. Senna trouve tragiquement la mort au GP d’Imola, 3ème manche du Championnat du Monde. Dès lors, Schumacher va enchaîner les victoires. Malgré des pénalités, une suspension de deux Grand Prix pour cause de non-respect du drapeau noir en course, il cumule huit victoires cette année-là, gagnant ainsi son premier titre devant Damon Hill.

Il s’impose à nouveau en 1995 où il gagne neuf victoires et devient ainsi double Champion du Monde.

En 1996, Schumacher quitte Benetton pour rejoindre Ferrari, qui en en pleine reconstruction. Il conduit désormais sous les directives de Jean Todd. Malgré une voiture en perte de vitesse, Schumacher signe trois victoires en GP; une première pour Ferrari depuis 1990. Il termine alors 3ème au classement des pilotes.

Il domine le Championnat l’année suivante avec cinq victoires. Lors de la dernière course de la saison, il devance son dauphin Jacques Villeneuve d’un point. Pendant la course, l’Allemand est en tête, mais le Canadien décide d’attaquer Schumacher. Ce dernier donne un coup de volant pour taper dans la monoplace du Canadien provocant ainsi son propre abandon.

Suite à cette manœuvre, le comportement de Schumacher est jugé anti-sportif par la FIA, le déclassant par conséquence du Championnat 97 offrant la victoire finale à Jacques Villeneuve.

 

Le duel Häkkinen / Schumacher

À l’orée de la saison 1998, McLaren-Mercedes s’annonce comme un concurrent sérieux à la course au titre de pilote mais également au titre constructeur. Jacques Villeneuve et son écurie Williams savent qu’ils auront fort à faire pour défendre leur titre, et au vu des innovations présentées sur la McLaren-Mercedes MP4-13, ils ne se font guère d’illusions. Ferrari monte en puissance, après une saison ayant laissé un goût amer avec la perte du Titre Mondial sur la dernière course et l’éviction du classement général de leur pilote Michaël Schumacher. L’écurie italienne a à cœur de renouer avec la victoire et de décrocher enfin le Titre Constructeur qui lui échappe depuis 1983 et celui de Champion du Monde des Pilotes dont le dernier date de 1979, avec Jody Scheckter.

Hakkinen Schumacher FlickR

Au premier Grand Prix de la saison, la messe est dite. Les McLaren surpassent l’ensemble du plateau. Häkkinen et Coulthard terminent la course respectivement à la 1ère et 2ème place avec un tour d’avance sur l’ensemble des concurrents. Schumacher quant à lui explose son moteur dès le 6ème tour, ce qui ne laisse présager rien de bon quant à la fiabilité de sa Ferrari.

Trois semaines plus tard, au GP du Brésil, Häkkinen et Coulthard récidivent, le Baron Rouge (Michaël Schumacher) sauve les meubles en terminant 3ème à plus d’une minute du vainqueur.

L’Allemand remet les pendules à l’heure au GP d’Argentine, en remportant sa première course de la saison devant Häkkinen. Bien que la victoire de Schumacher soit méritée, elle tient avant tout à une erreur de pneumatique commise par McLaren.

Les deux pilotes se disputent ainsi l’ensemble des Grands Prix de la saison, gagnants tour à tour 14 des 16 Grand Prix.

Arrive la dernière course de la saison à Suzuka, au Japon. Le Finlandais arrive avec quatre points d’avance sur Schumacher, et McLaren compte 15 points d’avance sur Ferrari. Les deux titres, Pilote et Constructeur, se jouent sur cette dernière course.

La compétition est serrée même si Häkkinen arrive à prendre de l’avance. Au 32ème tour, c’est le dénouement, Schumacher explose son pneu arrière droit, il lui est impossible de rejoindre les stands, il se met sur le bas côté et laisse une nouvelle fois échapper un titre de Champion du Monde sur la dernière course. Mika Häkkinen est sacré pour la première fois de sa carrière.

Hakkinen Schumacher Formula1

L’année 1999 s’annonce similaire à la précédente et le duo Häkkinen/Schumacher revient pour de nouvelles aventures. La saison commence bien pour les deux pilotes, malgré un abandon commun au GP d’Australie, ils se disputent les victoires des Grand Prix suivants.

Au Grand Prix de Grande Bretagne, Schumacher percute violemment un mur de pneu et fracture une jambe, laissant le champ libre à son rival, s’imposant une nouvelle fois. Cependant, même si le Finlandais à le champ libre, il commet des erreurs et se fait rattraper au classement par le deuxième pilote Ferrari : Eddy Irvine.

Une nouvelle fois, le titre se joue au Grand Prix de Suzuka. Irvine arrive sur le circuit avec quatre points d’avance. Schumacher de retour, ne peut pas faire grand-chose pour aider son coéquipier, Irvine est obligé à finir devant Häkkinen pour permettre la victoire à son équipe. Cependant, Häkkinen tient son rang et s’envole vers la victoire, inscrivant alors son nom une 2ème fois au palmarès. Ferrari se console avec le Titre des Constructeurs, qu’elle n’avait plus décroché depuis 16 ans.

En 2000, la saison recommence comme elle s’était terminée avec le duel Schumacher / Häkkinen, si ce n’est que cette fois, le Baron Rouge prend les devant en gagnant les trois premiers Grand Prix de la saison. La monoplace du Finlandais lui fait défaut, enchaînant les problèmes mécaniques lors des deux premières courses.

Hakkinen Schumacher Redd it

Cependant, Schumacher est lui aussi victime de problèmes de fiabilité; il abandonne quatre fois en cinq courses, permettant à son rival de rattraper son retard.

La rivalité entre les deux pilotes atteint son apogée lors du Grand Prix de Belgique.

Schumacher en tête de la course, Häkkinen 2ème à quelques secondes. Après quelques tours de repérage, le Finlandais décide de se lancer à la poursuite de l’Allemand, et arrive le virage de « l’Eau Rouge », une courbe très dangereuse que très peu de pilotes prennent à fond, tant le risque de décrochage de la voiture est grand. Häkkinen prend son courage à deux mains et prend le virage à fond, il revient très rapidement dans le sillon de Schumacher, qui, de tout évidence, avait été beaucoup plus prudent à cet endroit du parcours.

Hakkinen Schumacher dépassement spa

L’Allemand, se retrouve juste derrière Zonta, un pilote retardataire, le doublant sur la gauche, Häkkinen ayant pris l’aspiration de la Ferrari se décale lui sur la droite, et les trois voitures se retrouvent sur la même ligne. Häkkinen a toutefois l’avantage de tenir la corde. Il freine au dernier moment et passe devant Schumacher, donnant ainsi naissance à une passe d’arme légendaire, qui restera dans l’esprit de tous les passionnés de Formule 1. Häkkinen remporte la course, mais Schumi remporte les quatre derniers circuits de la saison, s’offrant ainsi le titre de Champion du Monde et le titre de Constructeur à Ferrari.

Même si Häkkinen décida de continuer la compétition en 2001, les défaillances de sa monoplace et sa lassitude auront raison de sa carrière. Il arrête la Formule 1 cette année-là et ne reviend plus, offrant le champ libre à son rival pour réaliser un extraordinaire quintuplé et entrer dans l’Histoire de la Formule 1.