Route de Légende : La Transfagarasan

Nous vous emmenons ce mois-ci sur une route assez peu connue du grand public, mais qui pourtant fait partie des plus belles d’Europe, d’aucuns diraient même du monde. Si l’on en croit le présentateur phare de l’émission Top Gear, Jérémy Clarkson, qui, à l’occasion d’un épisode tourné sur la Transfagarasan en 2009, n’a pas hésité à qualifier la route d’une des plus belles au monde.

Traversant les Carpates, le pays de Dracula, pour relier Curtea de Arges au sud de la Transylvanie, la Transfagarasan a été construite entre 1970 et 1974 sous la dictature de Nicolae Ceausescu. Cette route avait à l’époque une vocation militaire puisqu’elle permettait l’acheminement, à travers les montagnes, de troupes dans le cas d’une invasion par l’URSS de la Roumanie. Bien qu’exceptionnelle du point de vue de la localisation et de sa réalisation, cette route a coûtée la vie à de nombres personnes, 40 selon les chiffres officiels, mais des centaines lorsque l’on lit les récits du personnel travaillant sur ce chantier.

transfagarasan-825610_1920

La Transfagarasan est longue de 115 kilomètres, sa construction est une véritable prouesse d’ingénierie, puisqu’elle culmine à 2 000 mètres d’altitude et serpente entre les montagnes. Sa construction a nécessité l’emploi de près de 6 000 tonnes de dynamites pour creuser des passages dans la roche.

Commençons notre voyage dans l’ancienne capitale de la principauté de Valachie : Curtea de Arges.

Petite ville d’environ 30 000 habitants, c’est une des plus anciennes citée roumaine. Fondée par le prince Valachie Rodolphe le Noir, au début du XVème siècle, elle accueille L’Episcopale, une église d’inspiration byzantine et l’un des monuments les plus visités de Roumanie. Cette église abrite également la nécropole des premiers rois de Roumanie. On trouve d’autres monuments notables dans la ville, comme les ruines du palais princier ou l’église princière. N’hésitez pas de vous renseigner sur les histoires et légendes liées aux bâtiments de la ville.

Embarquons maintenant sur la route 7C, la fameuse Transfagarasan. Lors des 30 premiers kilomètres, la route traverse de nombreux petits villages typiques, puis longe le fleuve Arges, jusqu’à arriver au lac Laoul Vidraru. Avant votre arrivée au lac, nous vous conseillons de vous arrêter aux ruines de la citadelle Poenari, cette dernière valant le coup d’œil. Une fois au lac, la route vous mène au dessus du barrage Barajul Vidraru. Cette construction imposante aurait coûtée plus de 400 vies humaines selon les témoignages de personnes ayants travaillées sur sa construction.

vidraru-952270_1920

Lors de ce début de trajet, la route est bordée par des forêts denses, n’offrant pas de vue dégagée sur la région. Cependant, pour toutes bonnes choses se méritants, il faut savoir se montrer patient. Une fois le lac passé, la route se dégage petit à petit et laisse entrevoir les Carpates. C’est alors que l’on commence à prendre de l’altitude, la route se faisant de plus en plus étroite, et par endroit de plus en plus accidentée. Les courbes et les épingles s’enchaînent, commençant à mettre à l’épreuve les véhicules. Les montagnes commencent à encercler le chemin, offrant des paysages incroyables et authentiques, allant de petits cours d’eau jalonnants la route, des ponts en pierre, jusqu’aux moutons au bord des routes.

romania-2544953_1920

Au kilomètre 78, la superbe Cascade de Capra vient frôler la route. En période touristique, quelques marchants sont garés près de cet impressionnant point de vu. Derrière, on aperçoit le début du parcours, avec la vallée et la sombre forêt de conifère. La route s’élève toujours plus et chaque virage est une nouvelle occasion de s’arrêter pour immortaliser les paysages. Au plus le chemin progresse, au plus on sent les effets de cette route sur votre organisme. L’enchainement des virages, des épingles, l’altitude, mettrons votre voiture et vos passagers à l’épreuve. N’hésitez donc pas à vous arrêter pour emprunter l’un des nombreux sentiers de randonnée.

Avant d’atteindre le sommet à 2000 mètres, la route traverse un tunnel long d’environ 850 mètres, et à sa sortie, vous risquez d’être surpris. Une vue imprenable sur le magnifique lac de Bâlea bordant le sommet de la Transfagarasan s’offre alors à vous.

balea-lake-454250_1920

De là, la route redescends, et les premiers kilomètres sont très sinueux. Au kilomètre 92, un petit sentier mène aux Cascades de Bâlea, un endroit absolument magique. C’est également le dernier point qui offre une vue dégagée sur les ces impressionnantes montagnes, le reste du chemin se faisant à nouveau dans les forêts denses de Roumanie. Après les derniers lacets, une route beaucoup moins sinueuse mène jusqu’à la petite commune de Cârtisoara, en Transylvanie, et très vite rejoins la route principale, la N°1. C’est ainsi que s’achève la traversée de la fameuse Transfagarasan.

vidraru-952273_1920

Au final, il faut environ 3 heures pour parcourir les 115 kilomètres de la Transfagarasan, mais comptez beaucoup plus si vous souhaitez vous arrêter et faire des ballades. Au cours du voyage, des paysages à couper le souffle s’offre à vous et des rencontres atypiques. Vous allez également prendre un plaisir fou à conduire sur cette route de montagne particulièrement exigeante. Sachez tout de même que la route est fermée du mois d’octobre au mois de juin, en raison de l’enneigement. Pour en profiter au mieux, nous vous conseillons de prendre cette route soit très tôt le matin pour éviter une circulation trop dense, soit en fin de journée pour apprécier la lumière rasante caressant le flanc des montagnes. Quoi qu’il en soit, n’hésitez pas et prenez la direction de la Roumanie, un très beau pays à découvrir ! Bonne route !

transfagarasan-2819625_1920