Route de Légende : Le Stelvio Pass

Pour tous les amoureux de conduite, c’est LA route de l’exigence. Pour tous les amoureux du pilotage, c’est LA route qui vous procurera les plus grandes sensations. Pour tous les amoureux de la pédale, c’est LA route qui mettra vos muscles à rude épreuve. Cette route aussi mythique que magnifique, est celle du col du Stelvio, en Italie. Reconnue dans le monde entier comme l’une des plus exigeantes, elle a aussi été élue Meilleure Route du Monde par l’émission automobile Top Gear.

Une chose est sûre, si vous souhaitez mettre vos compétences de pilotage ou simplement votre voiture à l’essai, c’est certainement la route qui vous procurera le plus grand des plaisirs.

Italy-Stelvio-Pass-ptnphotof

La construction d’un mythe

Pour la petite histoire, la route fût construite entre 1820 et 1825 par l’ingénieur Italien Carlo Donegani. Durant sa carrière, il a travaillé sur de nombreux projets, notamment la route d’Ancône, ou celle reliant Lecco à Colico, et a été naturellement choisi pour réaliser le tracé qui allait relier l’Autriche à la Lombardie.

Cette route d’un dénivelé de 1 871 mètres, reliant à l’époque l’Empire Austro-Hongrois au royaume d’Italie, eu une importance toute particulière jusqu’à la fin de la première Guerre Mondiale, puisqu’elle marquait la frontière entre ces deux pays. Bordant également la frontière Suisse, le Stelvio Pass a longtemps été une route qui permettait de desservir l’Autriche, l’Italie et la Suisse.

Plus tard, les virages du versant nord du col, ont été numérotés de 1 à 48, comme repère pour les cyclistes et les automobilistes.

L’ascension du mur de lacets

Le col du Stelvio compte trois faces pour accéder à son sommet. La première part de la ville de Bormio, une station de ski située au pied du col et célèbre pour ses six arrivées du Giro (Le Tour d’Italie en vélo), longue de 21 km. La seconde part de Suisse et du village de Santa Maria Val Müstair, rejoignant au kilomètre 13 la route de Bormio. Et enfin la dernière, la plus compliquée, celle partant de Prato allo Stelvio et longue de 25 km.

Pour vous faire profiter au mieux de cette route, nous allons vous accompagner dans l’ascension de la face la plus complexe du col, celle partant de Prato, une petite commune Italienne. Avant de partir sachez tout de même que votre ascension ne sera pas de tout repos. La route est relativement étroite, voir même très étroite sur certains passages. Vous risquez également de croiser de nombreux cyclistes, le col du Stelvio étant un monument de la culture du vélo. De plus, sachez que le col est fermé d’octobre à juin, ce qui laisse peu de temps pour parcourir ce tracé.

En partant de Prato allo Stelvio, prenez la direction du Stelvio par la route SS38. Lors des dix premiers kilomètres, la route s’élève progressivement. Entouré par des forêts de conifères, le début de votre parcours sera des plus agréables.

Quelques kilomètres plus loin, vous arrivez dans le petit village de Gomagoi. Puis très vite à Trafoi, qui marquera alors le début des 48 lacets menant jusqu’au sommet du Stelvio.

Cette partie de la route est absolument magnifique. D’un côté la côte est bordée de murs en vieilles pierres, de l’autre, la vue dégagée vous permettra d’admirer de somptueux paysages. La forêt de conifères vous accompagnera encore pendant quelques kilomètres, mais devenant de moins en moins dense au fur et à mesure que vous prendrez de l’altitude.

stelvio-196991_1920

Les lacets deviendront de plus en plus étroits, mettant à l’épreuve votre voiture et surtout votre pilotage. Si vous avez des passagers à l’arrière, je vous conseille fortement de prendre votre temps pour l’ascension, sinon, vous risquez de les rendre malade.

Très vite vous apercevrez le fameux mur de lacets final, que vous allez devoir emprunter. Votre montée sera balisée de pierres marquant les numéros des différents virages. Ainsi vous pourrez compter les tournants jusqu’au sommet.

stelvio-yoke-69363_1920

Arrivé aux quatre derniers kilomètres de votre ascension, vous emprunterez désormais le mur de lacets qui a tant de fois été photographié et qui met à rude épreuve les jambes des coureurs cyclistes durant le Giro. Le col est à présent dépourvu de végétation : d’un côté vous découvrez le sommet du Stelvio et les sinuosités de sa route, de l’autre une vue vertigineuse sur la vallée en contre-bas, entourée par les montagnes et leurs sommets surmontés de neiges éternelles. Il sera alors pour vous temps d’opter pour une conduite un peu nerveuse, si vous souhaitez mettre à l’épreuve votre conduite (veillez cependant à votre sécurité et à celle des autres utilisateurs de la route), ou alors de profiter de ce magnifique paysage en prenant le temps de découvrir chaque lacet. Les arrêts seront difficiles, la route étant extrêmement étroite et abrupte, peu de zones de stationnement sont aménagées. Si toutefois la circulation est faible, vous pourrez vous arrêter sur la route pour prendre rapidement quelques photos.

passo-stelvio-879330_1920

Une fois arrivée au sommet, à 2 758 m d’altitude, vous prendrez conscience du trajet que vous avez parcouru. La sensation de liberté est bien présente malgré une activité touristique assez importante (présence de magasins souvenirs, hôtels et restaurants). Un conseil, abandonnez votre véhicule quelques instants pour profiter du magnifique panorama. Le contraste entre la neige trônant sur l’ensemble des sommets alentours et le vert des prairies de la vallée en contre-bas, vous offrira quelques très belles photos. Sachez que si vous décidez de découvrir le col et ses alentours à pied, vous vous éloignerez des touristes et des bâtiments pour vous retrouver seul face à la nature, alors ne perdez pas cette occasion d’en profiter. Si vous souhaitez vous dégourdir les jambes, de nombreux petits sentiers de randonnées sont accessibles, notamment celui qui vous fera découvrir le refuge Garibaldi, frontalier avec la Suisse, après 300 mètres de marches environ.

Pour le retour, vous êtes libre d’emprunter le même chemin qu’à l’aller et profiter ainsi de la nature, de la tranquillité et de la découverte du col en descente, ou alors vous pourrez choisir de continuer sur la SS38 en direction de Bormio et ainsi découvrir l’autre versant du Stelvio, tout aussi magnifique.

Le Stelvio reste l’un des cols les plus plaisants à gravir d’Europe. Peu importe votre moyen de transport, cette route est un régal ; l’étroitesse de son parcours donne encore plus de relief à cette ascension et même à sa descente. Tout ce qui me reste à vous souhaiter, c’est une bonne route et surtout beaucoup de plaisir.