Les rivalités du sport automobile : Villeneuve et Pironi

Voici probablement l’une des rivalités du sport automobile la plus brève mais également la plus tragique.

Nous sommes en 1981, Gilles Villeneuve entame sa 4ème année dans l’écurie Scuderia Ferrari. Après deux saisons très décevantes, autant pour le pilote que pour l’écurie, cette dernière décide de débaucher le français Didier Pironi de l’équipe Ligier afin de redorer son blason. Didier Pironi sort d’une saison plutôt convaincante avec une victoire, deux pôles positions et surtout une 5ème place au classement du championnat du monde. Didier Pironi arrive chez Ferrari, dans le but, d’aider l’écurie à briller à nouveau.

Villeneuve Pironi

Le championnat du monde 1981 se déroule sans accroc pour Gilles Villeneuve et son nouveau coéquipier Didier Pironi. Les deux compères sont même courtois l’un envers l’autre et leur relation cordiale devient même amicale. Au cours de cette année, Gilles Villeneuve a fait preuve d’une belle qualité de pilotage, notamment lors du Grand Prix d’Espagne ou ce dernier réussit à conserver sa première place alors que les 4 voitures derrière lui sont beaucoup plus rapides. Il remporte deux victoires alors que son équipier a vécu une année très décevante.

Nous voici maintenant en 1982 au départ du Grand prix de San Marin. Après un boycott des écuries anglaises, seulement 14 voitures sont au départ. René Arnoux et Alain Prost, les deux coureurs Renault, ont dominé la séance de qualification et se retrouvent en tête. Prost abandonne au 7ème tour suite à des ennuis mécaniques, Arnoux explose son turbo vers la fin de la course. Villeneuve se retrouve ainsi en tête de la course et Pironi est second.

Les deux pilotes sont promis aux deux premières places. C’est alors que l’écurie Ferrari présente un panneau avec la consigne « Slow » (ralenti). Villeneuve interprète ça comme un message visant à ralentir et conserver les positions, Pironi quant à lui pense qu’il est autorisé à aller défier Villeneuve pour la 1ère place. A deux tours de l’arrivée Pironi se rapproche de Villeneuve et lui fait l’intérieur, pour prendre la première place, et passe la ligne d’arrivée quelques centimètres devant son leader.

Cet incident va avoir de lourdes conséquences, notamment sur les relations avec Villeneuve qui se sent trahi par son coéquipier, par son ami et se jure de ne plus parler à Pironi. Villeneuve est piqué dans son orgueil et déclare même au journaliste français Johnny Rives, « Il ne l’emportera pas au Paradis ».

Nous sommes maintenant le 8 Mai 1982 au Grand Prix de Zolder en Belgique. Lors de la séance de qualification, Pironi s’empare du meilleur chrono. Gilles Villeneuve s’élance à l’assaut du chrono de Pironi avec certainement un esprit de vengeance. Durant les qualifications, Villeneuve arrive à près de 200 km/h derrière la March de Jochen Mass qui lui est au ralenti. Mass se décale sur la droite pour laisser passer Villeneuve, sauf qu’au même moment Villeneuve se décale lui aussi vers la droite. Un terrible accident  se produit. Gilles Villeneuve est éjecté de sa monoplace. Son décès intervient quelques instants après.

Accident Ferrari Villeneuve

L’un des rivalités du sport automobile la plus marquante aura duré seulement deux semaines, entre le Grand Prix de San Marin et celui de Zolder et se termina par une fin tragique.

Nul ne sait si sans cette rivalité Villeneuve aurait eu cet accident. La réconciliation entre les deux pilotes n’aura jamais lieu, et 5 ans plus tard, Pironi trouvera à son tour la mort lors d’une course offshore. Jacques Villeneuve, le fils de Gilles, gagnera le championnat du monde de F1 en 1997.